Se donner, mais tellement!

Katherine Stewart-Jones, Anne-Marie Comeau, Frédérique Vézina (photo: Jimmy Gunka)

Katherine Stewart-Jones, Anne-Marie Comeau, Frédérique Vézina (photo: Jimmy Gunka)

Les filles du CNEPH ont connu une journée, une autre, exceptionnelle, jeudi, aux essais olympiques et mondiaux canadiens à Canmore, en Alberta.

par Pierre Shanks

Chez les séniors, Cendrine Browne, qui en est à sa première saison au sein de l’équipe nationale de développement, a pris le 3e rang chez les U23 dans le 10 km classique, départ individuel. Cela la place en bonne position pour se qualifier en vue des Championnats du monde U23 à Val di Femme, en Italie, à la fin du mois.

Les juniors disputaient la même épreuve, sur 5 km.

Anne-Marie Comeau l’a emporté, ce qui lui assure un billet pour les Championnats du monde. Val di Femme, l’Italie, le royaume de la pasta certes, mais dans le cas de ce jeune phénomène, croyez-moi, on ne parle pas de pâte molle!

«Put your money where your mouth is», dit le dicton en anglais. Eh bien dans le cas d’Anne-Marie, il faudrait plutôt dire «Put victory where your skis are!». Fille d’action et de peu de mots (pour l’instant!), à 17 ans, voici comment elle a commenté sa performance quelques heures après sa victoire, elle qui venait d’assurer sa place en vue des mondiaux juniors:

«Je suis contente de ma course, mais je dois garder le focus pour les autres à venir, car elles sont toutes aussi importantes!» Voilà, monsieur le journaliste.

Sa coéquipière Frédérique Vézina, 19 ans, est plus volubile. Elle a aussi gagné en maturité et pour la première fois dans Skipresse, elle s’ouvre vraiment en dévoilant «son dedans!» pendant la course.

« Ma course s’est bien déroulée, je m’en suis tenue à ma stratégie de départ et tout est allé comme prévu. Un 5 km c’est tough, c’est intense, il n’y a pas répit du tout.

«J’ai foncé pendant 16 minutes le plus vite que je pouvais. Ça a fait mal! J’ai l’impression d’avoir pris une grande inspiration au départ, d’avoir expiré et d’avoir franchi la ligne d’arrivée. Entre-temps, c’est sûr que j’ai souffert de partout, que j’ai forcé de la face et que les ”murs” (grosses montées) du parcours m’en ont fait voir de toutes les couleurs.

«Je n’aurais pas pu aller plus vite, mes skis étaient parfaits aussi – bonne glisse et super kick. Je me suis sentie dans les ”vapes” (nuages) jusqu’à 30 minutes après la course et ça, c’est signe que j’ai poussé fort!»

Quand un athlète vous dit qu’il ou elle a «tout laissé sur la piste», nous en avons ici une description éloquente.

Il y avait aussi Maya MacIsaac-Jones. Elle est jeune, 18 ans, et elle en est à sa première saison au CNEPH. Elle a pris un solide 8e rang sur 33, elle qui se distingue davantage dans les sprints pour l’instant.

Il y aura un autre sprint en pas de patin samedi puis dimanche, une dernière course de distance, le skiathlon, épreuve que Frédérique affectionne.

«Cinq kilomètres pour moi c’est court. Que j’aie pu faire aussi bien aujourd’hui (mercredi), c’est très positif! Être dans la game sur un 5 kilos, ça signifie que la forme est bonne et que ça promet pour le skiathlon (enfin une longue distance) dimanche!»

Ça promet en effet. On pourra suivre le déroulement de ces courses sur Twitter (@pierreshanks).

Ski de fond Canada annoncera mardi la composition de ses équipes junior et U23 en vue des mondiaux.

Frédérique Vézina  (photo: Jimmy Gunka)

Frédérique Vézina (photo: Jimmy Gunka)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s