Du sang neuf au CNEPH

Laura Leclair (photo: Patricia Loretan)

Laura Leclair (photo: Patricia Loretan)

Non, non, n’ayez crainte, du sang neuf, mais il n’est pas question de transfusions sanguines!

Le Centre national d’entraînement Pierre Harvey (CNEPH) aborde la nouvelle saison avec l’enthousiasme habituel des années olympiques. Ce seront vraisemblablement les derniers pour la star du Centre, Alex Harvey, et possiblement les premiers pour Cendrine Browne, la star montante du Centre!

par pierre shanks

Les rangs grossissent au CNEPH qui présente cette saison une structure modifiée. L’entraîneur François Pépin nous a expliqué que cette nouvelle structure est modulée sur ce qui existe déjà au Centre national d’entraînement de Thunder Bay, en Ontario. «On veut aussi se rapprocher des athlètes plus jeunes, de Ski de fond Québec et de l’équipe du Québec», a expliqué François.

Cela donne la structure suivante.

Équipe sénior:

  • Philippe Boucher
  • Cendrine Browne
  • Marie Corriveau
  • Zachary Cristofanilli
  • Alexis Dumas
  • Alex Harvey
  • Ricardo Izquierdo-Bernier
  • Julien Lamoureux
  • Laura Leclair
  • Mathilde PetitJean
  • Frédérique Vézina

Équipe sprint:

  • Antoine Briand
  • Olivier Hamel
  • Simon Lapointe

Équipe junior:

Antoine Cyr

Équipe de développement:

  • Antoine Barrette
  • Vincent Landry
  • Pierrick Sarthou

Sophie Carrier-Laforte n’est pas de retour, mais il y a cinq nouveaux visages, dont trois dans la nouvelle «Équipe de développement.»

Nous avons posé quelques questions de base aux nouveaux et leur cédons aujourd’hui la parole. D’abord à Laura Leclair et Antoine Cyr.

Antoine Cyr

Antoine Cyr

SP: Comment t’es-tu retrouvé(e) au CNEPH?

LL: Depuis 3 ans, j’ai la chance de travailler un peu avec le CNEPH par l’entremise de l’équipe du Québec et de l’équipe nationale junior, donc j’ai toujours eu de l’intérêt pour ce centre d’entraînement. Par contre, c’est l’année passée où j’ai vraiment eu la piqûre, car j’ai participé à 2 camps d’entraînement durant l’été et au Tour B en Europe durant l’hiver avec eux. C’est à ces moments que j’ai tissé des liens serrés avec les autres athlètes et les coachs et où j’ai compris que faire partie du CNEPH, c’était faire partie d’une grande famille!

AC: Après une saison exceptionnelle en 2015-2016, les coachs du Centre m’avaient approché pour une éventuelle place sur l’équipe. Je savais que le Centre offrait un programme hors de l’ordinaire et plusieurs athlètes de mon club (Skinouk) y sont passés. Après la saison et deux nominations sur l’équipe nationale junior, j’ai décidé d’opter pour un changement et je me suis joint à l’équipe.

Laura Leclair (photo: Michèle Carrière)

Laura Leclair (photo: Michèle Carrière)

SP: Qu’est-ce que ça représente pour toi, te joindre au CNEPH?

LL: Faire partie du CNEPH représente d’abord un privilège. J’aurai la chance de côtoyer et de m’entraîner avec des gens qui partagent ma passion et surtout mes objectifs. Faire partie du CNEPH représente aussi une belle opportunité de m’améliorer et de continuer à progresser en m’amusant tout au long de l’aventure! Cela représente aussi un soutien et un encadrement exceptionnels.

AC: Pour moi ça représente beaucoup. Principalement, c’est la première fois que je quitte la maison et je déménage à Saint-Ferréol-les-Neiges. Ça représente aussi me joindre à une équipe de coachs et athlètes qui font partie de l’élite canadienne et même mondiale.

Antoine Cyr

Antoine Cyr

SP: Comment se passent tes premiers contacts et entraînements au sein du groupe?(Laura n’était pas encore arrivée au CNEPH au moment de la question.)

AC: L’équipe de coachs du CNEPH est extrêmement présente et l’atmosphère d’entraînement est très motivante. Ç’est difficile d’obtenir un aussi bon soutien nulle part ailleurs. Le groupe d’athlètes est très accueillant. Je connaissais la majorité d’entre eux avant de venir au Centre, mais l’atmosphère est différente maintenant que nous sommes coéquipiers.

Antoine Barrette

Antoine Barrette

Les trois athlètes de l’équipe de développement, Antoine Barrette, Pierrick Sarthou et Vincent Landry, sont placés sous les enseignements de François Pépin. Et après quelques années sous la houlette du préparateur physique Charles Castonguay, vous retrouverez là de méchantes pièces d’hommes.

SP: Quel a été ton cheminement dans le ski de fond jusqu’ici?

AB: J’ai commencé le ski assez tôt, vers l’âge de 4 ans. Rapidement, j’ai commencé à faire des compétitions régionales. Ensuite, pendant les 5 années de mon secondaire, j’ai été dans le programme sport-études du club Défi TM (École secondaire Thérèse-Martin). À ma première année de CEGEP, je suis resté avec le même club. Et maintenant j’ai été sélectionné pour le CNEPH.

Pierrick Sarthou (photo: Ski de fond Québec)

Pierrick Sarthou (photo: Ski de fond Québec)

PS: Je commence ma 11e année de compétition avec mon club Montériski. Cette dernière saison (2016-2017) a été des plus intéressante car j’ai pu faire plusieurs courses à l’étranger comme les sélections des mondiaux juniors en Utah. Ces belles expériences sont rafraîchissantes car ma saison 2015-2016 a été plutôt courte, dû à des problèmes de dos: je n’ai pu faire que 3 courses et seulement en style skate.

Vincent Landry

Vincent Landry

VL: J’ai été initié au ski de fond à l’âge de quatre ans par mes parents. J’ai continué de progresser jusqu’au jour où j’ai rejoint le club Léviski La Balade sur la rive sud de Québec. J’ai rapidement eu la piqûre pour ce sport, mais aussi pour la compétition. (…) J’ai rejoint (ensuite) le club Skibec avec lequel j’ai participé aux Jeux du Québec deux fois, à plusieurs coupes Québec, à deux Championnats canadiens et à une sélection pour les Championnats du monde juniors. Au fil des années, j’ai développé une passion et un plaisir fou à m’entraîner de façon professionnelle que ce soit en ski de fond, en course à pied, en vélo ou bien en musculation en salle. Le CNEPH vient donc me rejoindre sur ce plan et m’aidera à poursuivre et à réaliser mon but d’être le meilleur skieur que je pourrai devenir.

SP:  Qu’est-ce que ça représente pour toi, faire partie du CNEPH?

AB: C’est surtout d’arriver dans le groupe d’entraînement avec le niveau le plus élevé au Québec.

PS: Ça représente une reconnaissance de nos acquis en tant que skieur et aussi une porte vers de nouveaux objectifs.

VL: Le CNEPH représente le plus gros accomplissement dans ma carrière jusqu’à présent. Dans les années précédentes, être membre à temps plein de l’équipe était l’un de mes plus grands souhaits concernant le ski. Pour moi, faire partie du Centre, c’est extrêmement encourageant pour mon avenir de skieur. C’est la première marche du niveau professionnel. C’est un gros cadeau d’avoir toutes les ressources à ma disposition pour me permettre de réaliser mes rêves et mes objectifs, entouré des meilleurs coachs et athlètes du pays. Je suis très content et reconnaissant.

Pierrick Sarthou au centre, Antoine Barrette à sa gauche (photo: Ski de fond Québec)

Pierrick Sarthou au centre, Antoine Barrette à sa gauche (photo: Ski de fond Québec)

Antoine et Vincent vont passer la saison au complet avec le CNEPH. Pierrick n’y est que pour l’entraînement estival, cette année.

Soulignons par ailleurs que les épreuves de qualifications en vue des Jeux olympiques se dérouleront au mont Ste-Anne, du 6 au 9 janvier prochain. L’équipe masculine est pour ainsi dire réglée, mais la compétition chez les femmes s’annonce féroce.

Let the show begin!

Laura Leclair (photo: pierre shanks)

Laura Leclair (photo: pierre shanks)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s