Le carnet du farteur

Erick Gosselin

Erick Gosselin

Erick Gosselin est l’un des 6 farteurs de Biathlon Canada qui préparent les skis des athlètes canadiens en Coupe du monde IBU et Coupe IBU, la catégorie très compétitive juste en dessous.

Coordonnée par le chef technicien Raphaël Grosset, la petite équipe abat un boulot impressionnant cette saison et affiche un esprit de corps qui suscite l’admiration de bien des nations.

par pierre shanks

Nous savons tous combien importe la préparation mentale et physique des athlètes avant une compétition.

La préparation des skis est tout aussi importante au succès d’un(e) athlète, particulièrement dans des conditions plus difficiles comme celles observées la fin de semaine dernière lors de la Coupe du monde #4 à Oberhof, en Allemagne. Ça bossait dans la salle de fartage!

Erick a accepté de partager l’expérience des quatre farteurs du week-end. Un récit passionnant pour amateurs avertis où l’on apprend beaucoup… mais pas tout, car les recettes demeurent secrètes!

Les notes ci-dessous sont donc les siennes.

9 janvier – Sprint femmes 7.5 km

Erick Gosselin

Erick Gosselin

Température neige 0.2℃ et air 3.4℃. Ciel couvert et pluie parfois forte…

Pour ce qui est de notre équipe de 4 techniciens, Rafi (Raphaël Grosset) et Andrew (Chisholm) s’occupent du choix des skis des athlètes tandis qu’Andrejz Lesnik et moi travaillons au choix de la cire et des structures.

Les conditions de neige pour les deux sprints étaient un peu à l’extrême, soit une neige mouillée et très sale par endroits. Le choix des skis et de la structure devient très important, pas mal plus que le choix de la cire, même si dans ces conditions la cire peut faire une bonne difference. Une structure trop agressive ramasse la saleté rapidement, ce qui peut créer un ralentissement de la glisse dès le premier tour. On a choisi une structure assez fine, qui permet quand même d’évacuer l’eau mais qui reste performante malgré la saleté que le ski accumule.

Pour le choix de cire, nous essayons au moins 8 combinaisons différentes. La majorité du temps des mélanges de poudre high fluor. On y ajoute des liquides ou bloc pour finaliser le tout. Les recettes restent secrètes! Nous ne travaillons presque jamais avec de la paraffine… Moins de travail tout en gardant une glisse optimale. Les distances en biathlon sont moins longues qu’en ski de fond. Je dirais que la majorité du temps on a des skis dans la moyenne si ce n’est pas au-dessus. Septième place pour Emma… très bon résultat qui confirme notre travail.

Oberhof - Biathlon

Oberhof – Biathlon

Les athlètes sur l’équipe ont en moyenne 15 à 20 paires de skis chacun, pour différentes températures et cambrures naturellement.  Nous travaillons conjointement avec Rossignol, Fischer, Salomon pour le choix des bases. Les équipes de service course sont très importantes lors des choix de skis, du moins pour confirmer le choix que l’on fait.

10 janvier – Sprint hommes 10 km

Avec la pluie de la veille, ç’a fait de gros dégâts… Les organisateurs ont transporté de la neige venant du tunnel pour réparer les dégâts causés par la pluie et ils ont salé la piste, ce qui donnait des surfaces différentes à plusieurs endroits sur le parcours, certains endroits sur la glace, surtout en fin de descente avec virage et les montées qui étaient glacées.  Avec le mélange de neige qui était déjà sur le parcours, ça donnait un beau cocktail de neige sale avec beaucoup de roches, etc.

Encore une fois la structure agressive ne fait pas la job, nous optons donc pour une structure très fine, ce qui a fait une bonne difference.  Juste dans les tests, c’était déjà très concluant.

Pour la cire, nous avons utilisé un mix de poudres mélangé à un liquide. Pour le relais,  on était au-dessus de la game c’est certain… Pour nous techniciens, durant la course, nous sommes très attentifs à vérifier la glisse des autres équipes, ça nous donne une très bonne idée si on a manqué le bateau ou pas…

11 janvier – Relais hommes et femmes

Du gros sel...

Du gros sel…

La température a refroidi, donc la surface est devenue plus dure. Dans ce cas les skis ramassent beaucoup moins la saleté. La piste était beaucoup plus rapide avec une neige type gros sel et plusieurs plaques de glace, surtout en descente.

Nous optons pour une structure encore fine et pour la cire, ça revient pas mal tout le temps à des mix de poudre. Nous aimons essayer différents mélanges d’une compagnie à l’autre. Ça ne fonctionne pas tout le temps mais quand c’est le cas, ça décolle, on le voit pendant les tests. En général on skie de 10 à 20 km au total avant une course pour choisir la combinaison parfaite avec 8 différentes paires de skis. Bref pour la journée du relais, tout a bien fonctionné.

12 janvier – Mass Start femmes 12.5 km

Il a neigé environ 2-3 cm durant la nuit, donc on se retrouve avec une neige nouvelle mélangée au gros sel de la journée d’avant. La température est aux alentours de 0/-1℃ air et la neige -2℃. Les conditions sont rapides. Avec le mélange des deux neiges, la saleté est encore là mais un peu moins présente. La structure reste quasi la même que la journée précédente. Pour la cire, pas trop compliqué non plus. Emma termine en 15e place, très satisfaite de sa course. Une journée difficile au champ de tir avec le vent. Les skis était très bons. Toujours valorisant pour nous quand un athlète fait un top résultat.

L’ambiance chez les “techs” est très bonne. Dans certaines équipes, certains gardent leur savoir-faire de peur de se faire prendre leur job par un autre. Pour nous, ce qui fait notre force, c’est surtout l’expérience au fil de années. Même si on ne travaille pas toujours ensemble (NDLR: les affectations sont partagées entre les 6), on n’a pas peur de partager ce que l’on sait. Ça donne de bons résultats au final.

Et comment donc! Erick travaille cette semaine à la Coupe IBU #5 en Slovaquie. Il se rendra ensuite aux mondiaux juniors en Suisse, puis retournera avec l’équipe A pour les Championnats du monde séniors à Antholz, et enfin aux deux dernières coupes du monde en Scandinavie.

Vie de farteur!

Salle de fartage (photo: Erick Gosselin)

Salle de fartage (photo: Erick Gosselin)

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s