Perdus dans l’espace

Cendrine Browne

Cendrine Browne

Nordiq Canada patauge encore dans la controverse. Radio-Canada ici et Sportcom ici expliquent la sélection de l’équipe canadienne pour 2020-2021.

Le manque de vision et l’absence d’un plan viable à court terme sont flagrants.

commmentaire par pierre shanks

Allons droit au but. Le chef de la direction de Nordiq Canada, Shane Pearsall, est un incompétent dans un sport d’endurance comme le ski de fond.

De plus, son manque de vison l’empêche d’établir un plan cohérent pour atteindre des objectifs d’excellence.

Nombre d’athlètes, entraîneurs et autres intervenants nous affirment depuis plus de trois ans sous le couvert de l’anonymat que Pearsall “ne connaît rien” dans le ski de fond. Force est de constater qu’ils ont raison et il est temps de le dire tout haut. Pendant combien de temps encore le conseil d’administration de Nordiq Canada tolérera-t-il son incapacité derrière sa gestion tyrannique des dossiers?

Les Canadiennes et les Canadiens sont en droit de s’attendre à ce que l’équipe nationale soit composée de ses meilleurs éléments pour la saison 2020-2021. Ce n’est pas le cas. Trois des quatre meilleurs skieurs au pays, hommes et femmes confondus, sont écartés de l’équipe nationale. Il faut le faire.

“Nous n’essayons pas de choisir les meilleurs skieurs canadiens. Ce que nous essayons de faire, c’est créer une équipe compétitive sur le circuit de la Coupe du monde”, a dit Pearsall à notre collègue Guillaume Piedboeuf. Cette affirmation est grossière et ne fait pas de sens. Pour créer quoi que ce soit, ça prend une base, il faut commencer quelque part. Dahria Beatty, Katherine Stewart-Jones, Cendrine Browne et Maya MacIsaac-Jones sont actuellement les meilleures athlètes séniors de ski de fond au pays, hommes et femmes confondus. Qu’on les aime ou non, voilà la base incontournable à partir de laquelle il faut bâtir un plan pour 2026.

Ça ne veut pas dire qu’on veut compter sur elles en 2026. Ça veut dire qu’on doit compter sur elles maintenant et au moins jusqu’au Jeux de 2022. Pourquoi? Parce que ce sont les MEILLEURES au pays actuellement et ce sont elles qui doivent entraîner la prochaine génération dans leur sillage.

Ce plan doit reposer sur des critères de performance adaptés au calibre des athlètes. Le Canada n’est pas la Norvège. Pourquoi fixer des critères aussi élevés et surtout aussi inflexibles à court terme? La crédibilité invoquée par Pearsall est un non-argument. Les critères de sélection, qui sont établis par la fédération rappelons-le, pourraient être modulés en fonction du développement des athlètes. En développant efficacement le formidable talent des plus jeunes, les McKeever, Jasmine et Rémi Drolet, Cyr, Léveillé, Ritchie, Grall Johnson, Gagnon et autres, deux top 20 en Coupe du monde redeviendront la norme comme du temps des Scott, Renner, Crawford, Harvey, Kershaw, Valjas et Babikov, mais en ce moment, c’est vivre sur une autre planète que de l’imposer sans flexibilité.

“On parle d’athlètes à qui on a donné l’occasion de faire des top 20 sur le circuit de la Coupe du monde depuis des années et elles ne l’ont pas fait”, tonne Pearsall. MacIsaac-Jones a 24 ans, Stewart-Jones 25 et Browne 26. Les trois ne sont pas encore à leur apogée. Elles ont toutes récolté des top 30 et toutes pouvaient espérer des top 20 dans les épreuves canadiennes avant qu’elles soient annulées en raison de la pandémie. Cela laisse Pearsall de glace.

“Nous avons des objectifs ambitieux de faire partie des six meilleures nations en ski de fond, femmes et hommes, au classement mondial en 2026 et de remporter deux médailles aux Jeux de 2026”, soutient Pearsall au collègue Mathieu Laberge. C’est un objectif peu réaliste en l’absence d’un plan pour s’y rendre. Ce n’est pas en éliminant systématiquement ses meilleurs éléments de plus de 23 ans et en sacrifiant les Jeux de 2022 qu’on formera une relève forte pour 2026.

La relève féminine est prometteuse au Canada. Mais ces athlètes ne sont pas des imbéciles. Elles voient très bien ce qui se passe. Quel message envoie Nordiq Canada aux Jasmine Drolet, Liliane Gagnon, Anna Pryce et autres? On ne les aide pas en écartant leurs mentors de leur développement. Laura Leclair profiterait sans aucun doute de la présence de Cendrine, Maya et Katherine au lieu de se retrouver plus ou moins isolée en Europe à devoir obtenir deux top 30 (dans son cas) sous peine d’être éjectée à son tour en mai prochain.

Les critères de sélection olympique devraient être établis d’ici un mois. À tout événement, on peut s’attendre à une épreuve de sélection. Qui pour parier contre Beatty, MacIsaac-Jones,  Browne et Stewart-Jones parmi les favorites? Il y aura d’autres prétendantes, bien sûr, mais en ski de fond (comme en vélo de route), tu ne deviens pas une fusée du jour au lendemain.

En l’état actuel des choses, au moins trois des meilleures skieuses au Canada devront se qualifier en dépit de leur fédération, qui leur a retiré sa confiance et tout soutien tout en comptant sur la bénédiction d’un conseil d’administration qui a des allures d’une bande de gais lurons jovialistes.

À moins que le CA ne réagisse et il n’est pas trop tard pour ce faire.

Sans quoi les femmes mettront encore leurs têtes sur le billot pendant que Nordiq Canada met la sienne dans le sable.

One thought on “Perdus dans l’espace

  1. solide Pierre!!

    ah pis pour ton info, le CA a agi, ils l’ont mis dehors 😉

    François Pepin
    Entraîneur / CNEPH et Coordonnateur des Équipes du Québec
    895 Avenue Nordique
    Québec, Québec, G1C 5X7
    Cell. : 418.264.7927
    http://www.cneph.ca \ f_pepin@hotmail.com

    ________________________________
    De : Skiplus
    Envoyé : 8 mai 2020 12:51
    À : f_pepin@hotmail.com
    Objet : [New post] Perdus dans l’espace

    Skiplus posted: ” Nordiq Canada patauge encore dans la controverse. Radio-Canada ici et Sportcom ici expliquent la sélection de l’équipe canadienne pour 2020-2021. Le manque de vision et l’absence d’un plan viable à court terme sont flagrants. commmentaire par pierre”

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s